61E SESSION DU CONSEIL D’ADMINISTRATION DE L’ORGANISATION AFRICAINE DE LA PROPRIETE INTELLECTUELLE (OAPI)

713

61E SESSION DU CONSEIL D’ADMINISTRATION DE L’ORGANISATION AFRICAINE DE LA PROPRIETE INTELLECTUELLE (OAPI) A COTONOU

Alimatou Shadiya ASSOUMAN s’engage pour la redynamisation de l’institution panafricaine.

Les travaux de la 61ème session ordinaire du Conseil d’Administration (CA) de l’Organisation Africaine de la Propriété Intellectuelle (OAPI), se sont déroulés à Cotonou. La cérémonie d’ouverture des travaux qui a été présidée par le ministre d’Etat chargé du Développement et de la coordination de l’action Gouvernementale Abdoulaye BIO TCHANE s’est déroulée au Palais des Congrès le vendredi 10 décembre 2021. C’était en présence de la présidente en exercice du Conseil d’Administration de l’OAPI

Alimatou Shadiya ASSOUMAN, du directeur général par intérim de l’OAPI Jean-Baptiste WAGO, de la présidente de l’association des mandataires agréés de l’OAPI Françoise EKANI et bien d’autres.

C’est une rencontre statutaire qui fait suite à la réunion des experts démarrée le 3 décembre 2021, et qui a pour objectif, de préparer les travaux de ladite session. Ces assises de Cotonou, permettront aux participants de faire le bilan des activités de l’année écoulée , de celles réalisées au 30 septembre de l’année en cours, d’apprécier les difficultés éventuelles rencontrées dans la mise en œuvre desdites activités et d’adopter le budget de l’année suivante.

Dans son mot de bienvenue, le ministre béninois de l’Industrie et du Commerce et présidente en exercice du Conseil d’Administration (CA) de l’OAPI, Alimatou Shadiya ASSOUMAN, a salué l’engendrement et la contribution de tous pour le bien-être de l’organisation panafricaine. A l’en croire, cette 61ème session permettra d’examiner plusieurs dossiers très importants apprêtés au bout de cinq jours de travaux acharnés par les experts venus des 17 pays membres de l’Organisation. Il s’agit entre autres, d’examiner les rapports d’activités du Directeur Général (DG) de l’OAPI et des structures nationales de liaison au titre de l’année 2020, celui du Contrôleur financier, l’état d’avancement des mécanismes de financement et de l’innovation technologique, de réviser la grille des taxes aux marques, dessins, modèles industriels et indications géographiques, de modifier le règlement Intérieur du Conseil d’Administration, celui de la charte d’audit de l’OAPI et modifier le règlement relatif aux déplacements du personnel de l’OAPI. Selon Madame le ministre, chaque membre de l’organisation doit travailler pour plus de solidarité. « Le souci constant qui doit animer chacun des acteurs doit être la préservation du leg historique et de ce modèle unique au monde, à un moment où l’intégration africaine aborde un nouveau virage et l’OAPI est appelé à jouer un rôle moteur ». La présidente Alimatou Shadiya ASSOUMAN a, pour finir, exprimé sa gratitude à l’endroit du gouvernement du président Patrice Talon et des Partenaires Techniques et Financiers (PTF).

En prenant la parole, le Directeur Général (DG) par intérim de l’OAPI Jean-Baptiste WAGO, a passé au scanner les différentes activités et programmes exécutés conformément au plan stratégique 2018-2020 de l’organisation. Il a mis l’accent entre autres sur, les activités de production, de l’utilisation stratégique de la propriété intellectuelle, les outils modernes de communication, la tenue de la 3ème édition des « Awards de la marque OAPI » à Douala au Cameroun, du 13 au 15 mai 2021, la valorisation des produits du terroir et de l’artisanat. Jean-Baptiste WAGO a salué le travail de tous qui a permis à de maintenir sa dynamique, même s’il faut trouver d’autres stratégies pour développer sa capacité de résilience. « Ces différentes réalisations montrent que, malgré les défis sanitaires imposés par la COVID-19, l’OAPI a su maintenir sa dynamique. Tout en ayant à l’esprit la persistance de cette pandémie, il convient de développer la capacité de résilience de l’Organisation. Cela nécessite de faire prevue  d’initiatives, d’ouverture d’esprit et de rigueur dans la gestion afin de consolider les acquis », a-t-il ajouté avant de faire savoir que l’avènement de la Zone de Libre-Échange Continentale Africaine (ZLECAF) l’oblige à trouver les moyens de jouer un rôle de pilier dans le commerce intra-africain.

En procédant au lancement officiel des travaux, le ministre d’Etat chargé du Développement et de la Coordination de l’action gouvernementale, représentant le Chef de l’Etat a, salué les mécanismes mis en place par l’OAPI pour accompagner le développement économique de nos Etats à travers le système de la propriété intellectuelle, plusieurs initiatives nationales participent également à la consolidation et à la promotion de l’innovation technologique. « J’apprécie également toutes les initiatives relatives à la valorisation de nos produits de terroir notamment le   Programme d’Appui à la Mise en Place des Indications Géographiques (PAMPIG) qui prend en compte pour sa deuxième phase, la reconnaissance et l’enregistrement en Indications Géographiques (IG) de l’ananas pain de sucre du plateau d’Allada-Bénin, le gari sohoui de Savalou et l’huile d’arachide d’Agonlin, trois produits de terroir du Benin », a-t-il reconnu. Cependant, le ministre Abdoulaye Bio Tchané a déploré la faiblesse des demandes de brevets d’inventions venues ressortissants des pays membres de l’OAPI. Selon lui, plus de 75% viennent de l’étranger. Il n’a pas manqué de rappeler les initiatives du Bénin qui s’inscrivent dans la droite ligne de l’OAPI. L’autorité ministérielle, a cité entre autres, Sèmè-City et le Programme de développement économique basé sur l’innovation technologique.

Il faut souligner qu’au terme des travaux, plusieurs décisions ont été prises pour encadrer non seulement les activités et programmes que mettent en œuvre la direction générale de l’OAPI, mais également, de contribuer au développement socio-économique et culturel des Etats membres.