Hommage à GAËTAN MOTOO d’Amnesty international, défenseur des droits de l’Homme

Hommage à Gaëtan MOTOO d’Amnesty international, militant chevronné, défenseur des Droits de  l’Homme

Gaétan MOTOO, artisan des premières heures de la défense de la personne humaine au début des années 90, ce chercheur sur l’Afrique de l’ouest à Amnesty international, a crée une onde de choc au sein de sa famille professionnelle et suscité une vague de témoignages les uns plus éloquents que les autres.

 

L’une des figures de proue de la lutte pour la reconnaissance des Droits humains sur le continent africain, Gaétan MOTOO, Mauricien, a tiré sa révérence, le 25 mai 2018 à 65 ans, non sans avoir montré au monde en général, et à l’Afrique en particulier son attachement aux valeurs qui fondent et cimentent le vivre ensemble. Fervent défenseur des Droits de l’Homme aux premières heures de la vague démocratique sur le continent dans les années 90, années d’émergence en Afrique de l’Ouest et du centre des organisations des Droits humains. Alioune TINE, expert indépendant de l’ONU sur les Droits de l’Homme au Mali, ancien directeur régional d’Amnesty International reconnait en Gaétan MOTOO, des qualités d’un homme doté d’une foi ardente et agissante pour la lutte et le respect des Droits de la personne humaine. Compétent, humble et sympathique, il était l’Africain d’Amnesty international parce que pendant près de 40 ans, il a vécu toutes les crises politiques, les conflits armés, les tensions suivies de graves atteintes aux Droits de l’Homme en Guinée Conakry au temps de Lassana, CONTE et de Dadis CAMARA, au Togo de Eyadéma GNASSINGBE ou encore en Côte d’Ivoire etc. Les cas de gestion des crises sont légion et Gaétan MOTOO en compagnie de Salvatore SAGUES, tous deux chercheurs d’élite, ont arpenté monts et vallées, traversé des embûches pour planter partout où besoin était, les racines du respect profond des Droits de la personne humaine. C’est à juste titre qu’Alioune TINE rappelle cette anecdote qui laisse entrevoir l’attachement de Gaétan MOTOO aux valeurs humaines et la forte personnalité qu’il incarnait. Il faut d’ailleurs rappeller que Human rights watch, la Raddho et les organisations tchadiennes se sont beaucoup appuyés sur les rapports et les résultats de recherches d’Amnesty International et de Gaëtan Motoo pour documenter le dossier Habré à la fin des années 90 et à partir de 2000.

Gaëtan avait noué des contacts avec tous les segments de la société : les dissidents de toutes natures, politiques, syndicaux, activistes, les journalistes, militantes des droits de femmes et des victimes, des anonymes à qui Gaëtan donnait autant d’attentions. « Je me souviens encore en 2015, d’une adolescente qui cherchait les nouvelles de son père qui avait disparu de la prison de Nouakchott, rapporte Alioune TINE, Gaëtan avait dit au ministre de la Justice de ce pays : « Cette jeune fille a besoin de savoir si elle reverra son père ou pas. Monsieur le ministre, cette jeune fille a le droit de savoir ». Le ministre avait finalement avoué que le père était en vie et en détention dans une autre prison à l’intérieur du pays.

L’Afrique en général et les organisations militant pour le respect des Droits de l’Homme viennent ainsi de perdre un des grands militants « un bouclier contre l’arbitraire et l’ancrage de la culture de l’Etat, des Droits humains et des libertés fondamentales… » Il a aussi œuvré en Afrique de l’Ouest et du Centre pour la concrétisation de l’alternance politique au pouvoir des opposants comme WADE, Alpha CONDE, GBAGBO et OUATTARA.

Gaétan Motoo d’Amnesty International, cet homme très respecté en Afrique l’un de ses experts des droits de l’homme les plus dévoués et passionnés. Amnesty International indiquait que « pendant plus de 30 ans, Gaëtan a documenté les violations des droits de l’homme en Afrique de l’Ouest et a travaillé sans relâche pour rendre justice aux communautés affectées »

Sa grande rigueur professionnelle, ses qualités humaines remarquables, sa finesse, son attention tournée vers les victimes des violations des droits humains faisaient de lui un expert rare et un être cher.

Panafrican Corporates Magazine a voulu partager ces différents témoignages et reconnaître cette figure emblématique, l’engagement et l’œuvre de Gaëtan qui continueront de nous inspirer et d’inspirer des générations de défenseurs des droits humains.

Share this post :

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Rejoignez nous !

Loreme capis lormen in sonne commehsd back nouw snrea loremn
Dernières actualités
Categories

S'abonner à notre lettre d'information